Look for it

-

I'm back a bit.
Welcome back.

Lookout for the #snapchot ... might be fun.


-





Friday, 30 November 2007

30 Novembre 2007

Perdue dans les confins parisiens, on passe sous le périphérique aveuglément.
Désorientée, on en perd son nord, son sud, son est et son ouest pour finir dans les poinsettas si le fleuriste le veut bien.
S'il vous plaît?

Thursday, 29 November 2007

29 Novembre 2007

Une stupeur à l'idée d'être seulement capable, en voyant les pièces de musée. Léger et doux refus d'y croire. Et si un jour on y croyait? Hum? Ca ne ferait pas de mal, surtout quand c'est vrai.

666? Non, 999. Pour un rouge sang, il vaut mieux, n'est-ce pas mon toi et moi!

Wednesday, 28 November 2007

28 Novembre 2007

A special spring in the step. Proud one.
A special light in the sky. Automnal one.
A special sun over the city. Settingly foggy.
A special atmosphere in the air. A fairy one

Tuesday, 27 November 2007

27 Novembre 2007

This shoes are made for walking.

Oui, certes... mais après 1 heure sur le pavé vallonné du Marais, mes pieds ne le sont plus.
Juste une lueur aperçue de fleurs précieuses les a ranimés.
Pour 3 pas.

Monday, 26 November 2007

26 Novembre 2007

Des morceaux de vie.

Un dame âgée, très élégante et très droite. Parfaite mise en pli de cheveu argent.
Debout face à son mari, cadi de courses à la main, se laissant faire pendant qu'elle lui arrange ses vêtements d'une main pleine de tendresse énergique, même si l'énergie prenait le pas.
Pas besoin de son, le dialogue par la vitre du bus était limpide.

- Nan mais regarde un peu comment tu es mis, tu vas prendre froid *refait rapidement le noeud de l'écharpe*. *Aperçevant le col complètement de travers* Non, mais franchement, comment tu t'es arrangé, tu n'as pas regardé de glace avant de sortir?

Le mari, long d'une habitude et d'un amour de 40 ans, se laisse faire aveuglément et patiemment, ayant depuis longtemps appris la leçon qu'il ne servirait à rien de dire quoi que ce soit, si ce n'est un assentiment grogné, mais néanmoins tendrement amusé.

Sunday, 25 November 2007

25 Novembre 2007

Un petit bonhomme de 2 pommes et demi, emmitouflé dans une doudoune au moins aussi large que lui, donne la main à un charmant jeune homme pour traverser une rue de la petite Athènes.
Un camion dodu le charme de ses gros phares tout ouverts. Le petit bonhomme tout sourire lui fait des grands signes de la main, en oubliant ce que faisait ses pieds. Arrivant ce qui devait arriver, son pied l'entraîne et trébuche sur le trottoir traîtrement placé à la fin du passage clouté. Hypnotisé par son ami le camion, le drôle de bonhomme s'applatit de tout son long comme... hum... un soufflé? Il se relève d'un bond (merci la doudoune), comme Zébulon, et lance très fort à l'attention du jeune homme un "Pardon" très automatique (et habituel?), tout penaud d'avoir fait dévié l'attention de son accompagnateur du soir.
Il est tellement mignon qu'on ne peut pas rester grognon, ou alors en cachant son sourire sous de gros yeux exaspérés, qui font miroir aux phares du camion qui poursuit sa route inconscient du drame miniature qu'il a provoqué.
Ce n'est pas la première fois pour les deux pommes, à coup sûr, tout comme son enthousiasme.

Petit cadeau final, sur une idée...

... de Jali , gentiment imposée par le sieur ElgJyn , un moment d'humour, de découverte et de créativité farfelue.

10 Questions photographiques qui voyagent et ont une jolie vie sur la toile.

Pour mieux se connaître.

Les questions en titre, les réponses en photos et 2/3 mots, les deux de votre serviteur.


Je ne vous dis pas les photos qu'il me reste, je ne les ai pas comptées.
Adrien, ça te tente?

1. Petit Déj...



D'Ulmo ou de Tasmanie. Uniquement.

2. Par la fenêtre



Un jour de grèves, glacé(es)

3. Ma boîte aux lettres



Ou plutôt celle que j'aimerai.

4. Chaussures du moment



This shoes are made for walking (no kidding!)

5. Devant la glace



Amie - Ennemie

6. Dans mon porte monnaie



Des choses

7. A environ 80 pas de chez moi



Un de mes sujets photographiques fétiches, qui m'en blâmerait?

8. De la vie chez-moi



Le soleil, quelle plus belle preuve de vie?

9. Au Hasard, à la télé ou sur le web



Ma télé web.

10. Dans le tiroir le plus près de moi






Oui, mais lequel?




Friday, 23 November 2007

23 Novembre 2007

Il est sans doute déja en train de faire danser les étoiles.
Il disait qu'on part toujours à temps. Certains plus tôt que d'autres, mais toujours à temps.

Thursday, 22 November 2007

It's a wonderful world...

Voilà, j'y arrive. Je voulais atteindre 600, mais non, 565 c'est un joli nombre aussi, moins rond, plus compliqué mais bien symétrique.

Pourquoi se forcer si l'envie ne réveille plus le matin? Ne fait plus frétiller le neurone, dans la rame bondée, avec une paillette au fond de l'oeil signée "Euréka" et qui vous donne plus d'espace, parce que les gens s'écartent, inquiets. L'inconnu...mmm... ça fait toujours peur. Surtout aux masses. Comme la guêpe qui fait peur à tous... enfin surtout au souvenir de ma cuisse.

So I had my place for 2 years, almost... I'm cutting a bit short here, that's a pity, but the good little soldier just got fired for too good services.
I didn't thought about how long I'll do it, when I first started it. I told you, it was just to leave a message somewhere.

When on top of the world, I just thought "what could make me stop?" And next day, I was like "F... it!" Well, I'm sure you've noticed that, my faithful readers.
So now, after having had my place, I want a home. I'm getting greedy. Yeahhh, you read well. And so? No harm done to anyone here, so that's not a bad feeling (in this case, eh... I can already see you starting to argue!).

So yeah, I need a little bit more liberty, and to find another way to do this. And to work on my words, and style.
Where, when, how? Still big mysteries to me. Some more, as (my) life is full of them.
Maybe you'll see me back here (I owe someone some pictures!), but I don't think so now.
Maybe I'll let you know, maybe not. Sometimes I like to play... when I hold the rules (who doesn't?)

So my faithful readers (looking out at the crowd of... three), I'll give you William to bid you goodbye, not fairwell.


To-morrow, and to-morrow, and to-morrow,
Creeps in this petty pace from day to day,
To the last syllable of recorded time;
And all our yesterdays have lighted fools
The way to dusty death. Out, out, brief candle!
Life's but a walking shadow, a poor player,
That struts and frets his hour upon the stage,
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.


I specially like the last two lines. So me!

Je vous tire gracieusement ma révérence, avec le haut de forme et tout et tout.
Merci.

22 Novembre 2007

Voilà, j'y arrive. Je voulais atteindre 600, mais non, 565 c'est un joli nombre aussi, moins rond, plus compliqué mais bien symétrique.

Pourquoi se forcer si l'envie ne réveille plus le matin? Ne fait plus frétiller le neurone, dans la rame bondée, avec une paillette au fond de l'oeil signée "Euréka" et qui vous donne plus d'espace, parce que les gens s'écartent, inquiets. L'inconnu...mmm... ça fait toujours peur. Surtout aux masses. Comme la guêpe qui fait peur à tous... enfin surtout au souvenir de ma cuisse.

So I had my place for 2 years, almost... I'm cutting a bit short here, that's a pity, but the good little soldier just got fired for too good services.
I didn't thought about how long I'll do it, when I first started it. I told you, it was just to leave a message somewhere.

When on top of the world, I just thought "what could make me stop?" And next day, I was like "F... it!" Well, I'm sure you've noticed that, my faithful readers.

So now, after having had my place, I want a home. I'm getting greedy. Yeahhh, you read well. And so? No harm done to anyone here, so that's not a bad feeling (in this case, eh... I can already see you starting to argue!).

So yeah, I need a little bit more liberty, and to find another way to do this. And to work on my words, and style.
Where, when, how? Still big mysteries to me. Some more, as (my) life is full of them.
Maybe you'll see me back here (I owe someone some pictures!), but I don't think so now.
Maybe I'll let you know, maybe not. Sometimes I like to play... when I hold the rules (who doesn't?)

So my faithful readers (looking out at the crowd of... three), I'll give you William to bid you goodbye, not fairwell.

To-morrow, and to-morrow, and to-morrow,
Creeps in this petty pace from day to day,
To the last syllable of recorded time;
And all our yesterdays have lighted fools
The way to dusty death. Out, out, brief candle!
Life's but a walking shadow, a poor player,
That struts and frets his hour upon the stage,
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.


I specially like the last two lines. So me!

Je vous tire gracieusement ma révérence, avec le haut de forme et tout et tout.Merci.

Sunday, 18 November 2007

18 Novembre 2007

It's Sunday.

A simple one, like one would want to spend it in the English countryside. Well, maybe not everyone. But me, for sure.

18 Novembre 2007

It's Sunday.

A simple one, like one would want to spend it in the English countryside. Well, maybe not everyone. But me, for sure.

Saturday, 17 November 2007

17 Novembre 2007

Une histoire fenouillardante à point.
Un entretien un samedi, de grèves, 2h15 pour un aller simple pour se retrouver 3 jours plus tard à tenir la boutique seule, après deux jours de découverte.
Etrange à y réflechir... mais pas trop, parce que le fou rire pointe.

Friday, 16 November 2007

16 Novembre 2007

Kind of speechless. Je vous donne les mots d'un autre.

Merci Olivier




Thursday, 15 November 2007

15 Novembre 2007

Planer dans une autre dimension, un brouillard aveuglant, emmitouflé sans pouvoir se dégager. Où est le pilote? Il faut poser la fusée, avant de se brûler les ailes, ou pire, de les voir fondre sous les dents glacées des particules en fusion d'indifférence qui l'encercle.
Dort-il dans cette écrasante foule silencieuse? Et il ne manquait plus que la nuit qui tombe sur les étrangers. Vont-ils s'adopter un jour? Ou une nuit?

Wednesday, 14 November 2007

14 Novembre 2007

How do you learn to love yourself?

Tuesday, 13 November 2007

13 Novembre 2007

Je me demande où et avec qui tu m'aimes.

Monday, 12 November 2007

12 Novembre 2007

Busy as a bee. Well, just for the honey, and maybe the sun, and mustard, and madeleine, and chocolate cake!!
Surely not for the ... Hum? Ralph?

Grumpy grumpy!

Sunday, 11 November 2007

11 Novembre 2007

Temps morose, humeur raccord, maquillage moins, rhume de la partie.
C'est Dimanche.

Saturday, 10 November 2007

10 Novembre 2007

Omar se marre dans la marrée inondée des boulettes inconnues, une heure en retard sous le clin d'oeil du phare de fer.

Friday, 9 November 2007

9 Novembre 2007

Quelques plumes ont trouvé le chemin d'un doigt, avec un peu d'argent et des sourires d'enfants.

Thursday, 8 November 2007

8 Novembre 2007

Un petit bout de vue imprenable, un sentiment magique et irréel, un après-midi sous une voûte superbe dans un temps figé, à discuter avec des noms imprononçables pour finir sous une coupole millésimée.

ouvre les yeux
Ai-je rêvé?

Wednesday, 7 November 2007

7 Novembre 2007

"Looking all day for a mean little man"

Missing my breakfast reading, 6:17 am sharp.
I'm sure somwhere over the rainbow he misses it too.
But maybe not his boss who keeps her eyes wide open all the time.

Tuesday, 6 November 2007

6 Novembre 2007

Une souris surprise fait briller de mille feux l'eau sous les ponts arqués avant de se transformer en perles de larmes tout aussi brûlantes.

Monday, 5 November 2007

5 Novembre 2007

C'est beau la plaine d'A. sous le soleil, dorée et verte et bleue à l'automne, des champs changeants à perte de ballons.
Mais bon, s'y perdre 1 heure pour trouver la ville à laquelle toutes les routes mènent... heu... Sympa la campagne!

Sunday, 4 November 2007

4 Novembre 2007

Au tout petit matin du 4, la fin de nuit de mariage eu une (première) curieuse rencontre.
La voiture de location se laissant difficilement apprivoiser, la bruine prit le dessus sur le pare-brise pendant la seconde nécessaire à comprendre les nouveaux essuie-glaces.

Seulement quand la vue est revenue, elle n'était point seule.

Une jolie queue sur un gros postérieur chocolat ne s'agitait pas comme elle le fait généralement face aux mouches envahissantes. Pourtant le mouvement eut été utile à la vision périphérique.
Un violent coup de volant associé à un coup de frein tout aussi brutal et quelques cris des passagers évita que le postérieur ne vienne creuser le capot. En pleine forêt, de nuit sous la pluie, cela aurait fait mauvais genre.

La question qui subsiste et me turlupine sans relâche les nuits d'insomnie (*):
La vache était telle Suisse ou Française?


(*) Et alors, si il n'y en a pas eu depuis? On vous demande?

Saturday, 3 November 2007

3 Novembre 2007

DreyeckL my love!

A blast while the long drive to Lucelle. A nice small village at the very end of Alsace.
Yeap, nothing discriminative here, you actualy have to drive through Switzerland to enter the place!

The bride looked happy (a miracle), the groom looked tensed and happy, the family was crazy and the crowd was so tall!

Friday, 2 November 2007

2 Novembre 2007

Grumpy Grumpy!!
non ce n'était pas le cas, mais ça sonne tellement bien comme ça.

L'arrivée réfrigérante dans la plaine rose qui a mis son habit doré pour la peine.

Thursday, 1 November 2007

1er Novembre 2007

Oh Ironie de nos danses,
On fait n'importe quoi, on hurle dans les bois en tendant les bras.