Look for it

-

I'm back a bit.
Welcome back.

Lookout for the #snapchot ... might be fun.


-





Tuesday, 17 April 2007

17 Avril 2007

Où comment se vautrer royalement:

D'abord, il vous faut la tunique du chevalier médiéval avec son ampleur.
Ensuite, des chaussures à talons. Bon ça marchera aussi avec des converses, mais l'expérience que j’ai vous dit que ce sera moins spectaculaire, et là je vous parle de "royal" quand même.

Donc, chaussures à talons, tunique type "médiéval" (et oui ça ne s'invente pas...).
Face au soleil flamboyant de préférence,
Marcher d'un pas énergique tout en fouillant dans le sac que vous portez à l'épaule (ou votre sachet ou poche intérieure pour ces messieurs) pour chercher votre Ipod, votre carnet d'adresses ou même un paquet de mouchoirs (mais vous avouerez que ça fait moins chic tout de suite!). Du fait de la fouille concentrée vu que vous ne trouvez pas l'objet de vos désirs, vous jetez un coup d'oeil rapide au trottoir pour traverser la rue et retournez à votre fouille.

Normal.

Sauf qu'il y a une contre allée qui vient de se matérialiser sous vos pieds et que son trottoir à elle finit 50cm avant l'autre, et que la seule chose qui indique sa présence est votre talon qui l'effleure à un demi cm près au lieu de passer par dessus.

Là, imaginez la suite de la scène en version ralentie, comme dans un bon film en noir et blanc (ça c'est pour l'esthétisme).

La jambe droite en train de prendre un angle douloureux rien qu'à l'oeil, décide que le plus sage est encore de s'assouplir pour tomber carrément sans douleur (ou presque) face contre terre.
La tête se relève brutalement au premier accroc au moment même où la jambe droite décide de jouer à la poupée de chiffon pour moins de dégât (enfin c'est son point de vue). Elle analyse la situation en visualisant le trottoir de la contre allée en pente qui plus est, qui n'existait pas une micro seconde plus tôt elle serait prête à le jurer!
La jambe gauche, voyant de l'animation ne veut pas être en reste, et décide que c'est plus rigolo et moins brutal pour ses muscles à elle, de suivre la droite, mais avec plus de langueur... Faudrait pas non plus qu'on la confonde.
C'est là que le bras droit décide qu'il est temps de faire preuve d'autorité. Il s'empare du sac pendant que le corps s'affaisse, et le jette violemment et artistiquement en un superbe arc de cercle devant vous sur le trottoir au moment même où votre genou droit s'apprête à toucher le sol. Faites bien attention à la synchronisation, sinon les passants ne s'affoleront pas autant qu'ils l'ont fait en entendant le bruit très sèchement meublant du gros sac en cuir (blanc... sinon ce ne serait pas drôle) touchant le sol avec violence, en le prenant pour le bruit de ma rotule entrant à cet instant précis en contact discret avec mon jeans lui même en contact beaucoup plus amoureux "jetaimejetehais" avec le trottoir, le seul le vrai, celui de l'avenue, laissant celui de la contre-allée derrière lui.
La main droite décide à ce moment là qu'il est temps d'atterrir sur le bitume pour ralentir le reste du corps entraîné par une force physique que je n'ai pas eu le temps d'étudier.
Là aussi, faites attention à la synchronisation, il faut que la main se noircisse proprement sur le bitume, sans s'écorcher néanmoins. On ne voudrait pas de violence pour faire avance la science.

La tunique quant à elle se gonfle élégamment et a juste assez de retenue pour ne pas se soulever indécemment.

A noter, le pied droit, source de toute cette cascade dégoulinante, a lui fini par embrasser complètement le trottoir en s'en retrouvant même "renversé"! : le cou de pied carrément sur le sol, la plante vers le ciel, le tibia comme le cou de pied d'ailleurs.

Après qq emberlificotés supplémentaires, vous vous trouvez donc à genoux, complètement, votre sac devant vous, mais vu la violence de sa descente à lui, tout son contenu a préféré rester bien sagement à l'intérieur. Ils ont bien fait.

Et là, le prince charmant! Sans rire! Ca c'était ma touche perso. Vous avez maintenant le mode d'emploi, voici maintenant la cerise sur le gâteau, difficile à obtenir et calculer, mais tellement savoureuse!

Donc à genoux (surtout sur le droit en fait), sortant précautionneusement le pied droit écorché et tout noir, le vernis strié (ah oui, les chaussures étaient des nu-pieds... comme pour le sac, blanc:"pas drôle sinon") de dessous moi afin de me relever, une voix masculine s'inquiète de ma santé. Très amusée finalement par l'absurdité de la chose, je me retourne vers lui pour le rassurer, me prenant le soleil dans les yeux et ne voyant rien du tout...
Vous savez, comme dans les films quand l'héroïne se réveille de son évanouissement et tout d'abord ne voit pas son sauveur tellement elle est éblouie.
Sauf que là, il ne m'a pas sauvé du tout, mais c'était vraiment ça l'impression visuelle.
Il veut me tendre la main pour m'aider à me relever mais je suis plus rapide que lui. Me retournant pour le remercier quand même et le rassurer (il est toujours sous le choc du bruit du sac sur le sol et ne comprend pas comment je peux me relever), je vois un charmant jeune homme (très esthétique tout ça encore) qui me rétorque au même moment "Ca m'arrive tout le temps".

Mon réflexe?
Regarder ses chaussures...
oui je sais c'est un homme, mais c'était un réflexe.
Mais c'était plus un ami d'Adam que d'Eve, donc qui sait ?
Ca lui arrivait peut-être aussi, vraiment!


Royal je vous avais dit.

8 comments:

Anonymous said...

J'aime l'humour avec lequel tu décris ta chute. Pas trop de mal tout de même ?

A.Nonyme

Babycakes said...

Justement!! Tout l'intérêt de cette technique ultra voyante (mais le ridicule ne tue pas et est très très comique surtout pour moi voyant les autres se retenant de rire), donc je disais tout l'intérêt de cette technique de se laisser tomber, évite les entorses et autres. J'aurai essayé de me retenir ou de rester debout, entorse assurée.
Bon mais j'ai eu de la chance quand même ^^ Seuls les doigts de pied ont pris un coup ;) Tout va bien, fou rire garanti!

Anonymous said...

Vive l'après coup néanmoins. ^^
Mais faut quand même faire attention et se méfier des sacs. Je l'ai toujours, dit, un sac c'est vachement dangereux... C'est susceptible de tendre un piège à n'importe quel moment. ^^

A.Nonyme.

Babycakes said...

ah non... c'est le trottoir qui te tend toujours des pièges!! Le sac ne fait que te tendre un mouchoir.

Anonymous said...

Question de point de vue... Moi je te le dis, il t'as distrait pendant que le trottoir te faisait un croche pied.

En bref c'est bel et bien un complot (puisque organisé et par le trottoir et par le sac !). Et le plus machiavélique là dedans, c'est que ton sac passe pour innocent (ou alors c'est la faute à l'I-Pod ou au paquet de mouchoir ou je ne sais quoi que tu cherchais... ou alors il est aussi complice, toute façon c'est louche de mettre tant de temps à trouver quelque chose...)...

A.Nonyme, théorie de complot...

Luzia said...

"... et ils vécurent heureux, et eurent beaucoup d'enfants?"

Luzia, curieuse, mais sans la fin de l'histoire, il manque comme un peu de piment a cette recette de prince charmant...

Babycakes said...

Lulu, le prince charmant préfèrait les autres princes charmants aux princesses...

Luzia said...

...et en plus, il agissait sans arrière pensée, c'est dommage, mais ça rajoute encore un émincé de finesse a son charme...